LETTRE À MON INTUITION

 » Je crois qu’il y a un pouvoir au plus profond de chacun de nous… Plus vous vous connecterez à ce pouvoir et plus vous serez libre dans tous les domaines de votre vie”

À l’occasion des deux ans de parution de mon premier livre  » Osez faire confiance à votre intuition  » édité chez Michel LAFON, le 5 Janvier dernier*, j’ai souhaité vous partager:  » Ma lettre de gratitude  » à mon intuition, comme l’on écrit à sa fidèle amie. C’est un exercice que je recommande dans mes coaching. Nous sommes tous dotés d’une formidable capacité ou expérience qui a façonné notre destin. Nous nous adaptons si bien avec et en avons tellement l’habitude que, nous finissons par négliger la plupart de ses bienfaits au cours de notre existence. C’est une façon de reconnaître son influence sur notre parcours et tout ce qu’elle a de positif. Pour ma part, il s’agit surtout d’un petit hommage à mon livre, je ne suis pas rentrée dans les détails, afin de ne pas le spoiler…Et, pour les anecdotes depuis sa publication, je vous les réserve, pour un autre projet. (…! )

* Oui, le temps est passé mais j’étais occupée sur une mission que je viens enfin d’aboutir.

Encore et toujours, merci de votre soutien très fort, précieux, magique. De tout mon cœur !

Janvier 2019, Neuilly.

Chère intuition,

Comme les plus belles histoires en général, tout a très mal commencé entre nous. Durant de longues années, je n’étais pas tendre avec toi. Je te prenais pour mon ennemie, j’ignorais, alors, que j’étais ma propre ennemie en pensant ainsi. Il faut dire que, tu ne m’as pas laissé le choix, tu t’es imposée à moi, alors, que j’étais enfant et j’ai dû conjuguer ma vie avec toi sans comprendre le pourquoi du comment. Avoir cette capacité -bien malgré soi- n’est pas un cadeau. Ne pas savoir te contrôler c’était un fardeau. On peut dire que tu ne m’as pas épargnée. Dans mes souvenirs, tu étais synonyme de malheur, de peine, de douleur, de chaos. Alors, je t’ai longtemps refoulée, te gardant le plus secret possible… me faisant la plus discrète qu’il soit… Jusqu’à m’en rendre malade.

Nous partions de très loin…

Er pourtant, sans que j’en ai vraiment conscience, tu forgeais en moi une véritable force intérieure à l’aide d’une sensibilité amplifiée me permettant de cerner la vie, les gens, l’environnement avec empathie et clairvoyance. Je m’intéressais aux autres naturellement. J’aimais les écouter, je les comprenais et je les devinais. Je savais lire en eux instinctivement. Et, j’absorbais tout. Comme une éponge. Leurs émotions, leurs sentiments, leurs énergies. Mais, cette capacité me dépassait lorsque sans pouvoir l’expliquer je pouvais parler d’événements dont j’ignorais tout, qui s’avéraient vraies, de “pressentiments” qui se confirmaient. C’était un ressenti qui s’imposait à moi comme une réflexion soudaine. Je voyais bien que cela étonnait. J’ai longtemps été perturbée par ce que je ressentais. Alors, on a tout fait autour de moi pour me préserver de toi. Peut-être maladroitement parfois. On a pensé que j’étais très éveillée, puis très perspicace, puis dotée d’un don. Mais, je n’ai jamais pris cela ainsi. Je me sentais peut-être plus lucide. En réalité, ce n’était que l’expression d’une sensibilité. Un sens aiguisé. Une intelligence intuitive. Avec le temps, j’ai compris qu’au cours de ce périple, nous faisions ainsi connaissance, ma chère intuition.

Si cela a pu être une faiblesse m’empêchant parfois d’être heureuse, c’est parce que je ne savais pas te maîtriser. Je t’ai forgée, construite, affaiblie et refoulée au gré des événements, des interactions avec les autres, de la conscience que j’avais de toi.

J’ai toujours aimé la sensibilité des autres. Je l’ai toujours prise pour une qualité. Mais. j’avais pris l’habitude d’intérioriser la mienne, c’était ma façon de te museler. C’est l’amour qui m’a permis de réaliser qu’elle constituait ma plus grande des richesses. Et, ce que je prenais pour une vulnérabilité était ma plus grande des forces.

Souvent l’on mésestime notre force parce que l’on a peur de sa puissance. Cette citation de Mandela me plait pour ça :

” Notre peur la plus profonde est d’être puissant au-delà de toute mesure.

C’est notre lumière, pas notre ombre, qui nous effraie le plus.

Nous nous demandons :

Qui suis-je, pour être brillant, magnifique, talentueux et fabuleux ?

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Il n’y a rien de sage à vous rétrécir de telle sorte que les autres ne se sentent pas en danger à cause de vous.

En laissant notre lumière briller, nous donnons incidemment aux autres la permission d’en faire autant.

Lorsque nous sommes libérés de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.”

Il ne fallait plus que j’ai peur de ma lumière. Alors, j’ai décidé d’y croire. Il faut dire que je n’avais plus le choix, tout me dirigeait vers toi. Apres coup, on pourrait se demander si tu ne m’avais pas préparée, finalement. Car, c’est comme si tout ce que j’avais vécu depuis mon enfance n’était qu’un long apprentissage, qui m’a permis de mieux connaître la vie, de mieux comprendre les gens. Cela m’a pris beaucoup d’énergie et de temps pour t’apprivoiser. Tu m’as demandé beaucoup de force et de cran pour te faire confiance. Mais, rien de tel qu’un événement qui vient nous secouer pour que le déclic se crée. Un électrochoc pour me prouver que tu étais ma meilleure alliée.

Je n’ai jamais eu besoin d’apprendre à te distinguer, tu es présente tel un sixième sens depuis toujours, au même titre que la vue, l’ouïe ou l’odorat… Mais, tu te sers de tous mes sens pour transmettre tes messages. Je peux aussi bien te ressentir par l’esprit que dans mon ventre, éveillée ou dans mes rêves. Cette capacité n’a jamais cessé de se décupler à force de pratique et de maîtrise, tél un athlète qui s’entraîne depuis l’enfance, tu t’es développé en moi. à un très haut degré.

Il n’y a pas de miracle, c’est comme un muscle que l’on travaille, plus on te pratique, plus tu t’affines, plus on est à ton écoute, plus tu te manifestes. Et, c’est valable pour tout le monde ! À la condition de ne pas avoir un ego trop important. En effet, tu es un potentiel présent en chacun-d’entre-nous !

C’est aussi pour cela qu’à l’âge adulte, avec la maturité et l’expérience de nos années, j’ai sauté dans le grand bain. Quand j’étais petite, je jouais à être psychologue. Je notais des rendez-vous de patients dans les agendas que je volais à mes parents. Puis, je m’amusais à recevoir les gens sur un canapé et je les conseillais. J’avais peut-être vu ça dans un film car personne n’était psy dans ma famille. Finalement, plus tard j’étais devenue un peu la psy de mes amis. J’ai toujours été attirée par ce domaine, je me donc suis naturellement dirigée vers des études de psychologie mais c’est le coaching comme la PNL qui s’adaptait le plus à mon profil. Un jour, mon professeur ma demandé qu’elle serait ma valeur ajoutée, ce petit plus qui me distinguerait des autres coaches si nombreux. Ce fut l’évidence, toi mon intuition bien-sur. Te mettre au service des autres, c’était ça ma particularité. Nous voilà prêtes à l’action.

Tel un guide en permanence ouvert au champ-des-possibles, tu m’as amenée la où personne n’aurait pu le penser. D’aussi loin que je partais, il fallait lire en toi pour imaginer que nous ferions ce si long chemin.  » Le destin conduit ce qui l’accepte. Il traîne celui qui le refuse. «  Le jour où j’ai décidé de t’écouter, tout s’est ouvert devant moi. Comme si l’univers avait conspiré un plan, pour que tout vienne sur ma route, afin qu’il se réalise enfin.

Sans toi, je ne serai pas ce que je suis. Et, je ne serai pas là où j’en suis, dans une vraie liberté et épanouissement dans tous les domaines de ma vie. Tu m’as tant aidée. Tu as su me prévenir de bien des difficultés. Mais aussi, comment et grâce qui je les surmonterais. Tu as mis en évidence les « hasards heureux » si bien tombés. Et, informer en avance d’importants enjeux qui allaient tout déterminer. Tu m’as toujours guidée vers les bonnes clés pour affronter ce qui m’attendait.

Cela n’a pas été de tout repos ! T’écouter c’est oser prendre des risques. Il m’en a fallu du courage et de l’audace pour te suivre. Mais, je peux témoigner d’avoir été récompensée pour t’avoir fait confiance. Tu y es pour beaucoup dans la magie de rencontres précieuses qui m’ont tant apportée. Je me suis sentie souvent chanceuse de t’avoir dans mes aventures périlleuses, au travers de mes expériences improbables et pour mes missions les plus importantes. Dans mon karma, je suis servie. C’est une vie digne d’une série que je mène avec toi chère intuition, un lot de péripétie, de rebondissement et d’inédit que chaque jour, tu as le secret de m’attirer.

Mais, on ne peut rien se cacher et parfois on ne se comprend pas, tu deviens floue, embêtante, perturbante, obstinée, fatigante, douloureuse, angoissante. Tu n’es pas facile à porter en société. Tu me déstabilises bien plus qu’il n’y parait. Tu me fais ressentir des choses que je préférais éviter. Tu me montres des vérités que je voudrais ignorer.

Et puis, avec les autres soit tu fais un peu peur soit on t’admire un peu trop, tu es un aimant à profiteurs et un détecteur de faux. Je deviens vite un mystère à percer ou un trophée à gagner. Tu me rends parfois réservée, et sûrement difficile à cerner.

Mais, grâce à toi, je regarde toujours la vie avec les yeux d’un enfant innocent. Ce n’est pas la même chose que la crédulité ou la naïveté que l’on prend a tort. C’est une qualité qui pour moi accompagne la maturité et qui provient de l’expérience. Tout au long de la vie, le fait de se fier aux conseils de son propre cœur s’est toujours révélé être la meilleure façon de faire face aux aléas de l’existence. L’innocence, c’est la capacité de prêter attention à sa petite voie intérieure. Et, de répondre avec spontanéité à ce que la vie nous réserve à tout instant. « La vie est un épanouissement de chaque instant. Et, non pas un problème à résoudre » Toi, chère intuition, tu obliges à être présente ici et maintenant, de ne chercher à rien à défendre. Car partout, où l’on regarde, on sait qu’il y’a seulement une opportunité d’émerveillement. Mais, cela exige de regarder avec les yeux innocent d’un enfant. Et quel cadeau.

Cela me permet d’aborder la vie avec douceur, et légèreté. Dans l’humilité. Et, d’établir des relations de qualité, remplies de bienveillance. Car tu me relies à l’essentiel, dans le cœur des gens. Et, nous tissons des liens très forts. L’esprit intuitif n’est jamais centré sur soi, il est toujours ouvert à l’autre, à l’humain, au beau, au vrai, au pur…

Car, il faut le dire, tu n’es pas très copain avec l’Ego. Autant celui d’autrui que celui qui m’appartient. Et, travailler ensemble signifie le mettre de côté. Et, pour te donner toute la place nécessaire, j’ai fini par m’oublier. Mais, comme tu es mon alliée tu as su me guider pour me préserver. Et, j’apprends enfin à laisser une place à ce que l’on m’a aidé à nommer: « Le droit à soi.”

Je dois reconnaître que je ne suis pas toujours facile pour toi non plus. Pour te tester, j’ai trop souvent joué avec le feu. Pour te challenger tu as dû être « en alerte » à bien des égards et j’aurai pu m’épargner des regrets à bien des occasions. Combien de fois ai-je tenté de te contredire. Mais, tu triomphes toujours et j’apprends de mes erreurs.

C’est en me trompant que j’ai appris le plus. On apprend de nos victoires, mais, c’est grâce à mes erreurs que je suis devenue meilleure.

Tu m’as appris qu’on ne peut pas avoir toujours raison et savoir tout, tout le temps. On ne peut pas gagner à tous les coups et c’est valable pour tout. Même si on sera toujours plus exigeant avec toi qu’avec n’importe quoi. Il y’a des fois ou tu ne vas pas marcher. Et, il faut l’accepter. Mais, il faut toujours tenter même si on se trompe. Ça n’est jamais une erreur de tenter de t’écouter car on a plus à y gagner. Il faut accepter de perdre une fois pour réussir beaucoup.

Je pense à chacun des pas que tu m’as permis d’éclairer, chacun des ciels que tu m’as permis d’éclaircir… Je te suis toujours reconnaissante de m’aider à être un phare pour autrui.

Voilà plus de dix ans que j’ai compris que tu pouvais être utile aux autres. Aujourd’hui, je sais que tu peux l’être encore plus. J’ai besoin de te donner plus de sens. Parce qu’anticiper des événements, de certaine ampleur, n’aurait aucun sens à mes yeux, s’il ne servait pas de justes causes.

Tu le sais, je suis longuement marquée par des catastrophes qui touchent des gens et qui ont lieu après en avoir eu le pressentiment. Comme l’explosion qui a eu récemment lieu. Ce jour là, je me suis réveillée a l’aube, angoissée, n’arrivant pas à respirer, un mal être qui ne passera pas, après avoir tourné en rond dans mon lit pendant deux heures, j’ai fini par réaliser que tu m’indiquais qu’il allait se passer quelque chose. Je le distingue car dans ces cas là, tous mes sens sont en alerte. Comme les attentats que je vais ressentir et rêver avec des détails qui ne peuvent que perturber. Aie-je tort de penser que ces prémonitions ont peut être une utilité? En tout cas, quand je le peux, je les transmets aux personnes concernées ou qualifiées mais dans certains cas, je ne peux rien faire d’autres que me confier à mes proches et mes collaborateurs qui sont mes témoins et finissent par collectionner les preuves.

Dans certains pays, comme les États Unis, la Russie ou la chine, les personnes aux capacités extrasensorielles sont couramment mises à contribution pour collaborer sur des enquêtes, il existe des unités officielles en relation avec la police, l’armée et les services secrets. Il n’y a aucune mépris à prédire, profiler et anticiper avec l’intuition. A mon grand désarroi nous en sommes loin dans mon pays. Mais, la France a su rattraper dix ans de retard dans les services d’espionnage en cyber-informatique, on y viendra aussi.

C’est aussi pour faire avancer les mentalités, que j’ai pris parfois le risque d’être exposé comme une bête de foire ou comparée au charlatanisme, en témoignant auprès du grand public. Si l’exercice des médias m’a aidée à me faire connaître pour cette capacité, elle m’a surtout permise d’apporter une crédibilité. Et, j’ai bien fait de te faire confiance mon intuition car j’ai été accueillie avec bien plus de sympathie que je n’osais l’espérer. En restant fidèle à mon naturel, le message a été bien compris. Je reçois énormément de témoignage de soutien, de personnes qui se retrouvent en moi. Et, d’autres pour qui cela a été une révélation d’écouter son intuition. Bien sur, tout n’a pas été parfait. Et, le fait d’être aux antipodes des clichés que l’on se fait ne m’a pas aidé. J’en ai essuyé des préjugés. Mais, j’ai appris grâce aux critiques. Et, je comprends aussi que l’on méprise ce que l’on ne connaît pas.

C’est vrai, de quoi parle t’on à ton propos? Certains pensent que tu me connectes à l’inconscient -subconscient- individuel -collectif. D’autres que je capte des données dans un espace temps que nous ne sommes pas capable encore d’expliquer. Pour les spirituels, tu me connectes à quelque chose de plus grand et de sacre. Et, les plus réfractaires pensent que tu es le fruit de mon imagination.

Peut-être qu’il faut s’ouvrir aux neurosciences pour avoir un début de compréhension. Nous savons que notre cerveau comprend deux hémisphères, un gauche lié à la logique au raisonnement et l’intelligence. Un droit lié à l’émotionnel et l’intuition. Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre, à l’école nous nourrissons davantage le cerveau gauche et la pensée analytique. Ce n’est pas grave mais ne pas apprendre à développer son « cerveau droit », c’est se priver d’informations cruciales. Comme si l’on ignorait sa logique. Ainsi, sans que l’on s’en rende compte, chacun a une antenne analysant le monde qui l’entoure.

Voilà comment, en grandissant dans un contexte d’extra-sensibilité, j’ai façonné mon intuition, à l’extrême,

Chère intuition, je te remercie pour tout.

Tu ne m’as jamais lâché, mais, sache que moi aussi je ne te lâcherai Jamais.

A vous, votre lettre de gratitude vous attend, n’hésitez pas à commenter quelques mots si cette lettre a fait écho en vous.

Publicités

Il était une fois, l’amour… 

L’amour gagne toujours avec le temps. 

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l’Amour y compris.
Un jour, on annonça aux sentiments que l’île allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.
Seul l’Amour resta.
L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.
La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau.

L’Amour lui dit, « Richesse, peux-tu m’emmener ? »

« Non, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau. Je n’ai pas de place pour toi. »

L’Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, « Orgueil, aide-moi je t’en prie ! »
« Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »

La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda, « Tristesse, laisse-moi venir avec toi. »

« Oh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! »

Le Bonheur passa aussi à côté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’Amour l’appeler !
Soudain, une voix dit, « Viens Amour, je te prends avec moi. » C’était un vieillard qui avait parlé.
L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.

L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir

« Qui m’a aidé ? »
« C’était le Temps » répondit le Savoir.

« Le Temps ? » s’interrogea l’Amour.
« Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ? »

Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit :

« C’est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie. »  La victoire de l’amour. 

En amour, le temps est toujours notre meilleur allié. 

J’espère que cette histoire vous inspire. 

Si vous avez aimé, likez, partagez, commentez. 

Lilie 

Ps : plein d’amour !