Il était une fois, l’amour… 

L’amour gagne toujours avec le temps. 

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l’Amour y compris.
Un jour, on annonça aux sentiments que l’île allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.
Seul l’Amour resta.
L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.
La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau.

L’Amour lui dit, « Richesse, peux-tu m’emmener ? »

« Non, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau. Je n’ai pas de place pour toi. »

L’Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, « Orgueil, aide-moi je t’en prie ! »
« Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »

La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda, « Tristesse, laisse-moi venir avec toi. »

« Oh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! »

Le Bonheur passa aussi à côté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’Amour l’appeler !
Soudain, une voix dit, « Viens Amour, je te prends avec moi. » C’était un vieillard qui avait parlé.
L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.

L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir

« Qui m’a aidé ? »
« C’était le Temps » répondit le Savoir.

« Le Temps ? » s’interrogea l’Amour.
« Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ? »

Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit :

« C’est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie. »  La victoire de l’amour. 

En amour, le temps est toujours notre meilleur allié. 

J’espère que cette histoire vous inspire. 

Si vous avez aimé, likez, partagez, commentez. 

Lilie 

Ps : plein d’amour ! 

Publicités

Que feriez-vous si vous n’aviez pas peur? ( 5 conseils pour vivre maintenant ) 

Je me suis posée la question ces derniers jours. Est ce que j’aurai réagi pareil, si je n’avais pas eu peur, aurai-je mieux agi? On a beau dire que la peur nous sert, elle nous empêche quand même de vivre. On se retient pas mal dans notre société, car on a la trouille. On a tous la trouille. Elle nous aide dans 1% des cas pour appréhender le danger mais dans les 99% d’autres cas, elle est sournoise, elle se cache derrière nos émotions qui nous amènent à faire des choix par sécurité ou prudence mais qui ne sont animés que par la peur. Nous avons, tous, quelque chose à faire mais nous ne le faisons pas car nous avons peur. Les plus grands regrets en fin de vie, ont été rapportés par un célèbre magazine new-yorkais et devinez à quoi ils sont liés? À des occasions loupées, parce qu’on a eu peur, bien sûr. 

Oui, mais la peur nous est utile !

Il n’est pas question d’éliminer la peur instinctive et animale qui nous prépare au danger. Cette peur la nous lui en sommes reconnaissante. Contrôler notre peur nous permet d’appréhender le danger même si elle ne l’empêche pas. Il n’est pas question des phobies non plus, les peurs acquises suite à un choc se traitent, au cas par cas, par différentes méthodes thérapeutiques. C’est la peur inconsciente qui fausse notre chemin et nous empêche de vivre maintenant que nous allons soulever. 

Même si, nous apprenons à maîtriser notre peur, nous la laissons nous guider. Quand on aime tout contrôler, on maitrise parfaitement la peur, la puissance n’est rien sans maitrise. Mais, on fait l’erreur de ne pas s’en défaire. La peur nous détruit et nous empêche d’être bien guidé, tous les raisonnements sont faussés, aucune intuition ne peut filtrer. Il n’y a pas d’acte juste lorsque nous avons laissé la peur nous raisonner. On ne fait que se tromper. Et nous nous efforçons de croire que nous avons fait ce qui est mieux pour nous. Nous y croyons parce que lorsque nous avons peur, nous sommes extrêmement doués pour le Déni. 

Mais, il n’est pas facile de se défaire d’une peur qui bien encrée dans notre société. On nous a appris à avoir peur. Avoir peur des gens au lieu de les respecter, avoir peur de tomber au lieu d’assurer notre prochain pas, avoir peur d’être rejeté au lieu de faire sa place, avoir peur de l’échec au lieu de valoriser son potentiel, avoir peur de ne pas être aimé et oublier de s’aimer…. 

C’est la peur d’être ridicule qui nous domine souvent.  »  Je ne l’ai pas fait car j’ai peur de ne pas assurer. J’ai peur de ne pas y arriver. J’ai peur d’être rejeté, j’ai peur de sa réaction, j’ai peur d’être ridicule… »   La peur d’être ridicule ou… la peur de montrer ses faiblesses.  

Mais ce qui est ridicule, n’est ce pas de ne pas faire ce que que nous ressentons au fond de nous? Ce qui est ridicule c’est de ne rien changer, c’est de ne pas avoir essayé, ne pas l’avoir dit. 

Oui, mais ça changerait quoi? Que ferions-nous si nous n’avions pas peur?

On lui dirait,  Je t’aime !  Je t’aime et je te le dis.  » On le dirait et puis on verrait. On n’aurait pas peur de la réaction de l’autre ou des quand dira t’on. On n’aurait pas peur de faire du mal ou de mal faire. On le dirait parce qu’on le pense. Parce qu’il faut le dire quand il est encore temps et parce que le temps file. On le dirait car on ne sait jamais… Et même si ce n’est pas réciproque. On l’a dit et maintenant on peut avancer. 

Ou  » Je ne t’aime plus !  » Cela paraît être la pire chose à dire et on est toujours terrifié lorsque l’on doit l’avouer mais dire que l’on n’aime pas et que l’on n’aime plus peut sauver des vies, des destins, brisés, faussés, trompés, des trahisons, des maladies… Juste parce qu’on n’a pas osé dire que c’est terminé.  » Quitter ce qui nous tue, même si ça nous tue de quitter  »  Oser faire souffrir une fois plutôt que torturer trop de fois. On dirait je ne t’aime plus mais le dire est une preuve d’amour.

On demanderait pardon plus facilement. Sans la peur du ridicule ou de montrer ses faiblesses. On irait et on le dirait :  » Pardon je t’ai fait mal. Pardon je t’ai blessé. Pardon je suis coupable. Ou pardon je suis un con. «  On le dirait et on réparerait. 

On quitterait le travail que l’on aime pas. On franchirait la porte du bureau patron et dirait :  » Je change de travail. Je vais faire ce qui me passionne. Je vais faire une formation. Je vais monter ma boîte. Je n’ai pas peur de réussir, je n’ai pas peur du défi ou je n’ai pas peur d’échouer. «  Sans la peur, on le ferait et on y arriverait. 

On se ferait plaisir plus souvent, sans la peur, rien ne nous empêcherait d’aller au bout de nos envies de nos désirs… Et, on n’aurait pas peur dire ce que l’on pense. Dire aux concernés ce qui doit être su. Ce qui doit être dit. On dirait la vérité. Et puis, on s’aimerait mieux les uns les autres. On ne sait pas s’aimer, on est sur la défensive. Pourquoi? Parce qu’on a peur. 

Toutes ses peurs nous amène à côté, à mal faire, nous empêche de faire ce qui est juste. La peur d’avancer, peur de vieillir, peur de laisser partir, peur d’avoir peur, peur de mourir… Mais ce qui nous fait peur, c’est l’idée que nous nous en faisons et pas ce qui est en réalité. C’est notre imagination qui nous effraie. C’est l’image que nous nous faisons du futur qui nous inquiète et nous amène à ne pas faire ou agir. Dans un cas, ce dont nous avons peur finit par nous arriver. Parce que nous avons conduit nos pensées imaginaires jusqu’au réel. Et dans l’autre, nous passons à côté de nos vraies occasions. 

 Ne laissons pas la peur nous empêcher de vivre  : 

1• J’écoute mon cœur ! 

Suivre nos premiers ressentis. Faire confiance en notre intuition et notre  instinct que nous ressentons les deux premières minutes. Ensuite, ce sont nos émotions qui, positives ou négatives, forces ou faiblesses, nous illusionnent. Notre sixième-sens sait ce qui est bon pour nous. 

2•  J’ose ! 

Quelque chose nous dit de le faire mais nous n’osons pas. Alors c’est exactement ce que nous devons faire. On le fait ! On ne fait pas confiance en nos émotions mais en cette petite force intérieure qui nous attire vers ce qui est le mieux pour nous.   ( Dans la limite de ce qui est permis par la loi bien sur ) 

3 • J’ai un plan B ! 

 On peut être stratège ou aimer la sécurité tout en ne s’empêchant pas de vivre. On prépare un plan d’action, avec un plan B : scénario catastrophe. On n’aura qu’à le suivre si l’occasion se présente mal ou pas comme on le souhaiterait. Toutefois, préparons-nous mais n’imaginons pas trop les choses. Vivons les. La vie a plus d’imagination que nous. Et nous avons beau tout contrôler, elle nous surprendra, comme toujours. Et qu’avons-nous fait à chaque fois qu’elle nous a surpris, nous avons fait le nécessaire, comme nous avons appris à le faire. 

4• J’ai confiance ! 

Par manque de confiance, nous nous empêchons de vivre. Les blessures profondes telle que l’abandon, le rejet, l’humiliation, l’injustice ou la trahison amènent à douter de soi et ignorer ses potentiels réels. Identifier ce qui vous amène à douter. Le coaching peut vous permettre de les dépasser et vous redonner confiance. 

5• Je suis  » égoïste-bienveillant  » ! 

Se sacrifier ou se priver pour les autres par générosité ou abnégation est bénéfique si nous faisons les choses bien pour nous aussi. Et, si cela est trop difficile de penser à nous, faisons-le pour les autres. Car, si nous sommes heureux, notre bonheur rejaillira autour de nous. 

Alors, désormais, avant de prendre toute décision et de passer à l’acte, que vous soyez seul ou lors d’un échange, assurez-vous d’avoir aucune peur qui dirige votre raisonnement. Demandez-vous que ferais-je si je n’avais pas peur ?  Car, il n’y a rien de plus important que de vivre maintenant. 

  
 

* Faire appel au coaching peut vous aider. Un accompagnement sur mesure pour vous permettre d’établir un diagnostic sur ce qui vous convient le mieux afin d’évoluer, efficacement et sereinement. Demande d’étude à liliecoach@gmail.com. 

Cet article vous inspire? N’hésitez pas à partager vos expériences, posez votre question, partagez votre opinion ou apportez des précisons. En commentant l’article ou sur la page Facebook LILIE Coachun tweet à @LilieCoach

#TeamLilie #Rentrée 

De retour de vacances avec un immense plaisir de vous retrouver. Aujourd’hui sur ma page Facebook LILIE Coach, j’ai dépassé le 800eme abonné pile pour les 8 mois de la création de la page ! 🎉  

Vous cherchez un peu plus de 

• encouragement

• motivation 

• soutien 

• énergie positive 

Vous êtes sur la bonne page ! 

N’hésitez pas à nous poster : 
– Vos expériences, leçons ou philosophie de vie : elles peuvent nous être utiles. 

– Votre objectif actuel : afin d’être soutenu rien de mieux que le partager, on vous suivra. 

– Demander un conseil : nous serons ravis de vous lire et je me ferai un plaisir de vous répondre personnellement. 

– Ou encore votre bonne humeur, l’énergie positive est contagieuse. 

 Je suis avec vous, nous formons une équipe la #TeamLilie ! 

Cette saison s’annonce charger, j’ai de belles nouvelles à partager avec vous. 

Mais avant de la démarrer, finissons notre été en Beaute ! 

Au programme : perdre le contrôle, s’abandonner, se laisser aller… Et apprécier. 

Des Bisous 
   

 * Abonnez-vous à la page Facebook LILIE Coach pour ne rien louper, vous pouvez aussi suivre le fil d’actualité désormais sur le blog, en bas de chaque page. Et bien sûr retrouvez moi sur Twitter et Instagram : @LilieCoach

LOVE – De l’état amoureux à l’amour … 

Une histoire d’amour naissante est comme le commencement d’un nouveau voyage. C’est l’aventure. Nous redécouvrons le monde sous un meilleur jour. Il y a de la magie dans l’air. Toutes les premières fois sont exaltantes. Le premier rendez-vous, le premier baiser, le premier je t’aime, la première nuit d’amour, la toute première brosse à dent dans la Salle de bain…les premiers sextos. Nous manquons pas d’imagination, au début. Toutes les petites attentions au petit déjeuner, les escapades surprises en amoureux, les câlins gourmands à tout moment…

Le sourire accroché à nos lèvres, les yeux rêveurs, le visage est rayonnant, au plus haut de notre forme, rien ne peut nous atteindre ! Ça nous dérange pas de vous entendre nous raconter vos meilleurs exploits à longueur de temps, de passer derrière vous, tout le temps ou quand vous nommer toutes vos copines ma chérie. Et ça vous dérange pas que l’on vous fasse attendre deux heures avant de dîner et d’appeler tous les jours notre maman ou encore nos sorties, en mini-jupe, entre filles. Tous ses petits détails n’ont aucune importance. Au début. Nous voyons la vie en rose.
Tomber amoureux donne des ailes.. Nous passons de simples mortels à Wonder Woman ou Superman devenant le héros de l’élu de notre cœur. Nous pouvons déplacer des montagnes pour eux, au début. C’est étonnant comment l’état amoureux nous rend courageux, brillant, irrésistible. Nous nous révélons sous nous notre meilleur jour. Nous souhaitons ce qu’il y a de mieux. Une volonté de faire plaisir qui disparaîtrait peu à peu.

Car après ça se complique.
Cet état amoureux, celui qui nous fait rougir, trembler, battre le cœur à cent à l’heure, nous fait frissonner et nous embellit mais qui nous rend aussi euphorique, cet état de bonheur intense qui nous rend capable du meilleur, ne durerait pas.

Pourquoi le passage de l’état amoureux qui nous met sur un petit nuage à l’amour-attachement se transforme souvent en orage?

Certains d’entre-nous seraient accro à l’état amoureux. Dès lors que la relation s’installe, ils perdent du plaisir. L’amour-attachement n’apporte plus les mêmes sensations particulières liées à l’état amoureux. Ils se retrouvent en manque. Contraints souvent d’enchaîner les conquêtes pour retrouver le plaisir que sécrètent les hormones à ce stade. On retrouve ici le profil des éternels insatisfaits mais aussi ceux qui sont sujet aux addictions. Ils se lassent dès-lors que l’attachement est acquis.

Pour d’autres, l’amour-attachement représente l’engagement avec un grand E. Pas de place à l’erreur, aux faux pas et aux imperfections. L’histoire d’amour prend une place très importante. Et tout devient sérieux. Ce sont généralement les personnes maniaques du contrôle, très organisées, qui n’aiment pas laisser de place à l’inattendu. Tout est prévisible, calculé, projeté et réglé à la montre. Le manque de magie fane l’idylle.

Il y a ceux qui sont ce que l’on attend d’eux. Ils portent un masque. Ils s’effacent pour l’autre. Ils acceptent, supportent, tolèrent et encaissent tout. Ce sont ceux qui manquent de Confiance en eux, des le début ils perdent leur assurance et effacent leur personnalité au fil du temps. Au tempérament entier, tout ou rien, quand la coupe est pleine, l’amour disparaît du jour au lendemain.

Il y a les fusionnel. Ils aiment faire tout à deux. On ne peut les séparer de l’autre longtemps. Ils créent une symbiose très intense dans leur duo. L’amour attachement les plonge dans une histoire fusionnel et passionnelle sur leur planète privée que nous ne pouvons atteindre. Il ne faudrait pas qu’un élément perturbateur vienne éclater leur bulle.

D’autres, lorsque l’attachement s’installe, souffrent de dépendance affective. Ils deviennent émotifs, sensibles, fragiles. Ils se révèlent être les plus jaloux, possessifs et paranoïaques. Il est difficile de leur combler le manque d’amour qu’ils ont bien souvent depuis l’enfance. A force de poser des limites, l’interdit devient un fantasme qui pourrait devenir réalité à la prochaine tentation.

Mais, heureusement il existe une espèce d’amoureux rare. Eux aussi sont un peu jaloux, trop organisés, dépendants, insatisfaits, maniaque de contrôle ou en manque de confiance mais il y a quelque chose de magique en eux qui fait que par miracle (ou beaucoup d’efforts et de volonté….!!!! ) cela résiste à tout !

Au début tout est beau tout est rose… et après aussi !

Derrière un couple, il y a deux cœurs qui bat qui ont chacun des besoins différents et qui nécessitent des attentions particulières.

Pour être heureux à deux, il faut être heureux soi-même! Prendre soin de son couple, c’est avant tout prendre soin de soi. Nous savons que l’ennemi mortel d’un amour, c’est l’usure. Un couple usé, c’est avant tout une personne usée.

Pour aimer l’autre, il faut s’aimer soi-même. Travaillez votre assurance et amour-propre pour une relation saine et équilibrée. Restez-vous même, ce n’est pas parce que vous êtes deux, qu’il faut laissez de côté vos loisirs, vos passions, vos amis, et tout ce qui vous fait plaisir. Cultivez votre personnalité pour laquelle votre partenaire est tombé amoureux, ne vous effacez-pas. Les tentations sont plus dangereuses lorsque nous retrouvons, grâce à elles, une part de nous-mêmes que nous avons laissée de côté, pour la personne que l’on aime. Cela signifie aussi de laisser l’autre suivre ses propres envies.

Pour être heureux ensemble, il ne faut pas reproduire nos schémas personnels. Lorsque nous démarrons une histoire d’amour, tout ce qui nous a fait souffrir dans notre état enfant ressort inconsciemment à l’état adulte. Si il y a quelque chose qui dans le passé vous a blessé, réglez-le parce que vous ne serez pas entièrement heureux avec vos anciennes blessures. L’amour renforcera ce qui n’est pas réparé. Le risque est de les projeter sur votre partenaire et reproduire les mauvais schémas.

Pour avoir confiance en l’autre, il faut avoir confiance en soi. Quand la l’amour s’installe, certains deviennent fragiles. Ils manquent de confiance en eux et se créée des tas d’histoires, tout seul. Ce n’est pas facile d’être un couple de nos jours, tout est fait pour nous faire douter, ou nous tenter. Tant de circonstances, qui ne dépendent pas de nous, peuvent venir tout gâcher. Avant, nos parents n’avaient aucun moyen de suivre chaque faits et gestes de leur partenaires et leur entourage. Aujourd’hui, nous sommes tentés de tout savoir. Un engrenage dans lequel il ne faut pas tomber qui n’apportent que des problèmes. Ne scrutez pas le téléphone de votre partenaire ! Ni leurs profils Facebook à la loupe. N’analysez pas chaque like de photos par exemple. Vous vous fabriquerez des rivales ou des rivaux pour la plupart qui n’ont lieu d’être. Cessez de vous imaginer qu’ils couchent avec tout le monde, tout le temps ou les pires films lorsqu’ils ne vous répondent pas dans l’heure et au moindre retard. Quand la relation s’installe, c’est ce genre de détails qui détruiront le couple et vous avant tout.

À la place, imaginez des tas de scénarios pour le séduire ! Le jeu de séduction doit continuer quand la relation s’installe. Souvenez-vous de l’imagination débordante que vous aviez pour le charmer au début. À chaque occasion possible, comportez vous comme si c’était la première journée de votre vie à leurs côtés. Et de temps en temps, comme si c’était la dernière. Cela déclenche toujours de bons réflexes.

Laissez-vous aller !
Règles + Limites + Rituels. = ROUTINE !
Laissez plus de place à l’imprévisible.
Ne cherchez pas à tout contrôler,
si vous ne voulez pas que l’un des deux soit tenté par le changement ou l’interdit. Chaque jour est une nouvelle occasion de le surprendre.

Nous montrons à l’autre la façon dont nous voulons qu’il nous traite. Comportez-vous comme vous aimeriez qu’ils se comportent avec vous. Donnez à votre partenaire ce que vous souhaitez recevoir.

Pour vivre heureux, vivons cachés. Laissez votre ego de côté. Ne regardez pas si le voisin a l’air plus heureux que vous. Ne cherchez pas à le prouver ou le montrer. Et surtout ne l’attendez-pas.

Si le bonheur était une maison, la pièce la plus grande serait l’attente. »
En couple, faites de votre maison, la pièce la plus grande, l’audace ! Et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour….

Lilie

IMG_6865

Cet article vous plait? N’hésitez-pas à le liker ! Commentez-le aussi ici, sur ma page Facebook LILIE Coach ou un tweet à @LilieCoach 

Chapitre 2015, écrivons notre best-seller ! ( création du blog ) 

L’année 2015 sera l’année de l’écriture pour moi. Particulierement. 

Et pour vous, comment sera l’année 2015?  

Évidemment, nous nous posons la question et nous pouvons tous, un peu, prédire notre avenir en 2015, en fonction de ce qu’était 2014, nos projets, nos désirs, tout ce qui est en cours, le karma..  

Car on récolte ce que l’on sème ! 

Et puis la vie, les nouvelles rencontres, nos choix, nos erreurs ou nos illusions viendront bousculer tout ce qui est prévu. Il y aura une quantité d’obstacles, pour nous barrer la route et même nous la faire dévier… Des épreuves, pour nous déstabiliser, nous faire perdre tout contrôle ou assurance.

 Il faudra d’abord être RÉGULIER ! Ne jamais perdre de vue nos objectifs ! 

 J’ai constaté que rien ne se passe comme nous le prévoyons mais le résultat dépend de la façon dont nous l’avons prévu et ce que nous allons faire pour le rendre possible. 

 » II ne s’agit pas de prévoir l’avenir, encore faut-il le rendre possible.  » 

 Plus notre rêve est grand, plus il a de la valeur à nos yeux, plus il sera difficile de l’atteindre. C’est toujours casse-pieds un objectif à atteindre.
Ce qui est important, c’est que chaque matin, chaque décision, chaque acte, chaque espace que vous prenez, chaque air que vous respirez, il soit toujours présent, il est tout le temps le but à atteindre. Quoi qu’il se passe et quoi qu’on vous dise : N’en démordons pas ! Parce que quoi-qu’il arrive, cela nous amènera où nous voulons être, cela façonnera notre caractère et créera un chemin, un destin ! 

 » Visez la lune, au pire vous atteindrez les étoiles.  » 

 Et lorsque nous lâcherons-prise, au moment où nous ne nous y attendrons plus, ce moment où espérer n’est plus un moteur, c’est lui qui viendra à nous, comme par miracle. Suffisamment pour nous redonner de l’espoir et nous remettre en selle, galopons jusqu’à l’atteindre…

N

Nous n’oublierons pas, lorsque une épreuve viendra nous défier : ce que nous voulons atteindre compte plus que tout ! Nous le méritons ! Cela nous revient ! Nous nous occupons de cette épreuve et nous continuons  votre route jusqu’à l’objectif final.

 Il évoluera sûrement, entre temps, et lorsque nous regarderons en arrière, vous comprendrons que tout a un sens… 

 Nous ne sommes pas attiré par quelque chose pour rien. Il y a parfois, en nous, une force inexplicable qui nous pousse à atteindre un objectif..et c’est souvent bon signe ! 

 Parfois il est bon de forcer le destin. Mais quand nous ne sommes pas à l’aise, si l’énergie est négative, si il ne nous apporte que des problèmes. Ne confondons pas, entêtement et sottise, obstination et bêtise. Stoppons-tout ! Ce n’est sûrement pas le bon moment. Ca reviendra vers nous d’une meilleure façon, à un meilleur moment… 

 Insistons et persévérons quand c’est le moment. Retirons-nous et renonçons quand il le faut. 

 Et pour le savoir :  il faut se fier à nos sens. Notre sixième-sens nous envoie les signaux qu’il détecte avant nous. Un mal de ventre anodin peut être hors-mis tout problème médical, un signal pour permettee d’identifier si la personne est néfaste pour nous ou si nous avançons sur le mauvais terrain. 

Je développerai chacun de ces sujets…mes réflexions et ma façon d’aborder la vie, les défis, l’amour… Le sixième sens. Nous allons écrire notre chapitre 2015, écrivons notre best-seller ! 

 Je vous souhaite une très belle année, nous avons le pouvoir de la rendre magnifique. Et ne laissons personne venir vers nous et repartir sans être heureux. 

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/f35/82219634/files/2015/01/img_6789-0.png